Le panoramique dentaire est «l'examen de débrouillage» par excellence. Il permet une étude rapide et de qualité des dents, des structures osseuses adjacentes maxillaires et mandibulaires y compris les articulations temporo-mandibulaires.

Principe de l'examen

le panoramique dentaire n'est pas un simple cliché de projection sur une plaque sensible, c'est une tomographie à coupe épaisse. C'est actuellement une zonographie courbe. En fait, les premiers «vrais» panoramiques dentaires ne sont plus réalisés car la source de rayonnement était située dans la bouche du patient. Etant actuellement une tomographie, le panoramique permet d'explorer uniquement les éléments situés dans l'épaisseur de la coupe : il peut arriver (rarement) qu'une zone à explorer soit hors de l'épaisseur prise en compte et être invisible, faussement absente.

Réalisation de l'examen

Tous les éléments métalliques au niveau du cou est de la tête doivent être enlevés (notamment les boucles d'oreilles) car ils créent des artefacts sous forme de lignes opaques pouvant masquer les structures à étudier. Le patient est placé au centre de l'appareil. Lors de la prise du cliché, une partie mobile effectue une rotation autour du patient. Le patient reste immobile moins de 30 secondes, en respirant, sans déglutir, la langue collée au palais osseux afin de limiter les projections aériques. L'examen est parfois techniquement difficile quand le patient a du mal à se mouvoir ou quand il a une cyphose cervicale importante gênant soit sa mise en place au centre de l'appareil, soit la rotation de la partie mobile.